fatiguée

Publié le par Sarah de Normandie

http://1.bp.blogspot.com/_YKd8jtNeB70/TAULJV-Qq3I/AAAAAAAAQ0w/KvSpxpNhixg/s400/calculette.jpgVoilà un joli dessin si tristement vrai...

Je n'ai pas envie de faire pleurer dans les chaumières, ni de donner l'impression que tous les instits se plaignent tout le temps, mais voilà, trop, c'est trop.


Augmenter les effectifs d'un élève par classe ?

J'ai déjà 30 élèves dans ma classe, je n'ai que 23 chaises, parce que je ne peux pas mettre plus de 4 tables de 6 enfants dans la classe, et que l'une des chaises est cassée.

Mais comme c'est une petite et moyenne section de maternelle, les enfants ont encore -un peu- le droit de jouer, donc, j'ai encore une maison de poupées, un coin garage, un coin jeu de construction.

Remarquez, je pourrais transformer ma classe en classe primaire, en demandant des tables à la mairie, et en imposant la station assise à tous les enfants, mais j'ai encore envie de croire qu'on apprend beaucoup par le jeu quand on a 3 ans.


J'ai aussi oublié de dire que parmi mes 30 élèves, j'ai 2 enfants handicapés.

L'un d'entre eux a une maladie génétique reconnue et aurait besoin que je m'occupe plus de lui. Mais je ne peux pas faire plus. Parce que les 28 autres aussi ont besoin de moi.

L'autre est un enfant très lourdement handicapé. On ne peut pas dire qu'il soit autiste, parce que le diagnostic n'est pas encore posé (il faut 9 à 12 mois d'attente pour avoir un RDV au centre spécialisé dans l'autisme...). Et comme il n'y a pas de diagnostic, et qu'aucun médecin n'a pour l'instant eu le courage de dire à la maman que c'était grave et très sérieux, pour elle, évidemment, le chemin est encore très long, et c'est à moi et à la maîtresse du RASED d'annoncer et de mettre en évidence ce qu'il ne fait pas "comme les autres". Et la maman, comme toutes les mamans, n'a pas envie de connaître la vérité. C'est trop dur.

Quand il est entré à l'école l'année dernière, j'ai vu en 30 minutes qu'il y avait de gros soucis. Mais la psychologue, débordée, n'a pû venir l'observer dans ma classe que 2 mois après, et la première réunion avec l'enseignante RASED, le médecin PMI et la psychologue n'a eu lieu qu'encore 2 mois plus tard, parce qu'il y avait d'autres enfants aussi en souffrance ailleurs et que les plus jeunes ne sont pas les prioritaires. On gère la pénurie. Et à ce moment là de l'année, il n'existe plus aucun crédit possible pour recruter une personne chargée d'aider spécifiquement cet enfant.

J'ai donc dû terminer l'année seule sans aucune aide extérieure pour lui.

Et avec 29 enfants autour de lui, alors que le bruit est un élément de stress évident qui le fait hurler et crier, sincèrement, je peux vous assurer que j'ai failli craquer plus d'une fois.

J'ai terminé (et je termine encore) toutes mes journée hébétée, rincée, vidée.

Je ferme les yeux et ses cris reviennent me remplir la tête, je le revois qui saute et qui remue les bras sans arrêt.


J'ai dû arrêter les ordinateurs de ma classe, parce que les écrans le fascinent et l'obsèdent. Tant pis pour les autres enfants et tant pis pour mon coin informatique.

Je dois avoir l'oeil sans arrêt sur lui, parce qu'il pince ou étrangle les enfants. Pour l'instant, il n'a que 4 ans, il n'est pas très costaud, donc il n'y a pas de danger, mais les petits de la classe le craignent et sortent des épisodes d'étranglement traumatisés.


Cette année, j'ai eu la chance d'avoir une personne chargée de l'accompagner. Mais comme nous n'avons pû faire le recrutement qu'après la rentrée (en juillet et août, rien n'est possible) et que la prise de fonction ne peut se faire que le 1er du mois qui suit l'embauche, j'ai donc encore assuré sa prise en charge seule jusqu'au 1er octobre. Fichue administration qui ne se rend pas compte des réalités.


Alors voilà, quand on me dit que mettre 1 élève en plus dans les classes, ça ne changerait rien, finalement, je suis assez d'accord. Le mal est déjà fait. C'est déjà du n'importe quoi, je n'estime pas aider aussi pleinement les enfants que je pourrais le faire s'ils n'étaient que 24 ou 25.

Et l'ai*de personna*lisée ? Un vaste fourre-tout totalement inadapté à l'enseignement en maternelle. C'est trop figé. On nous oblige à prendre un contingent d'enfants fixe pour une période. Mais moi, je n'ai pas d'élèves qui aient besoin de soutien tous les jours pendant X semaines !!!!! J'ai besoin de me rendre disponible 10 minutes avec celui-ci pour telle donnée math, 5 minutes avec tel autre qui n'a pas l'air d'avoir compris comment on range les couverts en les triant dans le tiroir (c'est des math, ça aussi !), et puis celui-ci qui a un gros coup de blues, il aurait besoin d'un câlin, et pas que je lui dise de se presser parce que les autres attendent sa place pour faire de la peinture à leur tour...


Voilà. C'est ça mon quotidien. L'impression d'être submergée en permanence, de courir après le temps, de lutter contre le bruit , les cris (essayez d'imaginer 30 gosses dans votre séjour, juste pour voir...), d'essayer de garder mon calme, de ne pas finir hystérique avant la fin de la journée. C'est pas du bon travail. Et ça ne risque pas de s'améliorer.

 

Publié dans Coup de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

makraisssse alias belle marianne 15/02/2011 21:01



Je me reconnais bien là dans ton discours et suis entièrement avec toi.


Tous les jours je me pose moi aussi ces questions existencielles. Certains je me vois même demander ma démission, et chercher autre chose, un autre boulot avec moins d'enfants et pour lesquels je
pourrais me donner entièrement.


Mais finalement je les aime ces 34 loupiots de ma classe et c'est pour eux que je continue à m'accrocher. Pour combien de temps encore??? Quels changements de notre statut, de notre profession me
feront définitivement prendre ma décision? L'avenir le dira.


 


Pour le moment je te souhaite de malgré tout t'épanouir auprès de tes élèves, de donner de toi-même. Ce qu'on donne nous est toujours rendu un jour par regard, un sourire, un "je t'adore
maîtresse".


Et pour ce qui est de ta demande sur mon site, bien sur que tu peux utiliser tout ce qui peut t'intéresser, n'hésite surtout pas si ça peut t'aider.


Et pour ta petite question.....le scrap-quoi? kézako? oui bien sur, c'est ma thérapie, mon défouloir, mon jardin secret...


Bonne continuation


Belle marianne



annieca 11/11/2010 18:37



De tout coeur avec toi. J'enseigne en collège et toute l'aide aux devoirs que nous avons passé un temps fou à mettre sur pied est réduite à néant faute de crédits!! Nous avons changé les horaires
et mi-octobre tout a été stoppé. Mais nous savons maintenant que ce n'est plus l'élève qui se trouve au centre du système, mais l'économie, ou plutôt les économies. Ras le bol de toute cette
casse, il est temps que les parents réagissent, ce sont des électeurs.



Sabine 22/10/2010 22:34



Réaction tardive car je ne suis pas venue par ici depuis longtemps...


J'en ai les larmes aux yeux.


C'est pour ça que je ne suis plus enseignante. Pour ne plus m'user à force d'avoir l'impression de ne faire que papillonner sans apporter ce que je pourrais apporter aux enfants...


Tiens bon, Sarah, et bravo pour ton engagement !


Tout va bien pour toi ?


Bises.



Danielle 05/07/2010 09:59



Sarah, je suis de tout coeur avec toi... je sais, ça ne résout pas tes problèmes, mais je connais bien le, les problèmes que tu as dans ta classe, par contre je crois qu'en "haut lieu" on reste
dans sa"bulle" en ignorant tout ce qui dérange leurs vacances.


Bises, Danielle



TataLélène 07/06/2010 18:44



Oui le public change, et en effet les 35 d'aujourd'hui ne sont pas les 35 de quand on était petits.... Mais ça "plus haut" on le nie !


Prof en lycée je constate aussi une dégradation évidente.


Ne perdons pas espoir.